Quelles sont les langues parlées au Nunavut ?

NunavutQu’est-ce que le Nunavut ?

Le Nunavut est un territoire créé en 1999, situé au nord du Canada. Très peu peuplé, ses 32 000 habitants sont majoritairement des Inuits. Il possède une autonomie partielle et dispose de son propre premier ministre. Sa capitale est Iqualuit.

Quelles sont les 3 langues officielles parlées au Nunavut ?

3 langues officielles sont reconnues par le Nunavut : la langue inuit, l’anglais et le français. La langue inuit est elle-même composée de deux dialectes : l’inuktitut et l’inuinnaqtun.

D’après la dernière enquête de Statistiques Canada, 83% de la population locale est de langue maternelle inuit. Elle est parlée au quotidien par 72% des habitants. 27% s’expriment en anglais et seulement 1% parlent le français.

Les francophones, largement minoritaires, sont tous regroupés dans la capitale, où une école, une station de radio et un réseau de santé sont animés en langue française.

L’anglais est quant à lui de plus en plus utilisé, notamment dans le monde du travail et dans les organismes liés au gouvernement.

Parle-t-on toujours la langue inuit au Nunavut ?

La langue inuit est effectivement toujours pratiquée à notre époque. Plusieurs enquêtes ont cependant démontré une baisse de 12% en 10 ans du nombre d’inuit parlant leur langue maternelle, y compris à la maison. Progressivement, elle est remplacée par l’anglais, notamment chez les plus jeunes. Les plus de 40 ans sont les plus ardents défenseurs et utilisateurs de l’inuktitut et l’inuinnaqtun.

Le déclin de son utilisation a donné lieu a un plan destiné à promouvoir cette langue dans l’éducation, au travail et dans la vie de tous les jours, afin qu’elle ne disparaisse pas.

Quelles sont les particularités de la langue inuit ?

Outre une certaine complexité, l’autre particularité de cette langue est de pouvoir s’écrire indifféremment en utilisant la graphie romaine (avec l’alphabet que nous connaissons) ou la graphie syllabique, qui se compose de 60 signes représentant des sons. Cette spécificité a obligé le gouvernement du Nunavut à équiper ses ordinateurs de claviers en graphie syllabique, afin de pouvoir être compris par tous.

Comment faire pour traduire un document en langue inuit ?

Il existe différents services de traduction, mais pour un service professionnel de qualité, faites appel à Textualis, une agence de traduction à Montréal.

Cette agence dispose de traducteurs qualifiés et certifiés, et propose des devis gratuits pur tous vos travaux de traduction.

Les régions du Canada qui attirent le plus de touristes français

Le Canada compte environ soixante régions touristiques et chacune d’elles possède son histoire, sa culture, etc. Ces régions vous accueillent à bras ouverts, le seul comble, c’est le choix des régions à visiter. Elles sont tellement nombreuses que l’on se retrouve souvent dans l’embarras du choix. L’article fera le bonheur des indécis, car pour leur faciliter la tâche, il met en avant les régions du Canada qui attirent le plus de touristes français.

 

Banff
Banff est une région située dans la province d’Alberta et elle n’a rien d’exceptionnel, pourtant, c’est l’une des régions les plus populaires. Quelle est la cause de cet engouement ? C’est sûrement parce que les lacs de la région sont incroyablement beaux, dont l’incontournable lac Peyto qui attire de plus en plus de touristes. Une fois ces derniers sur place, ils ne peuvent qu’être surpris. Ce lac est magnifique, d’après la plupart des touristes français qui s’y sont rendus, c’est sûrement le plus beau lac qui puisse exister. D’autres affirment que même les photos aperçues sur internet, prises par des professionnels et retouchées à plusieurs reprises, ne sont rien comparé à la beauté du lac Peyto. Ils ont raison, vu de-dessus, le lac prend une couleur turquoise et, de plus près, il est encore plus impressionnant.Toronto
La région est sûrement l’une des plus prisées du Canada, les touristes y viennent nombreux, particulièrement les Français.
Qu’est-ce qu’il y a de surprenant à Toronto ? Sa beauté avant tout, puis son histoire, ses monuments et les activités proposées, dont la visite d’un parc zoologique. Le zoo de Toronto abrite plus de 5000 animaux d’une étonnante diversité, dont le rhinocéros indien, le tigre de Sibérie, l’hippopotame pygmée, etc. D’autres activités pour adultes et/ou enfants sont également proposées.

Gaspésie
Selon la National Geographic Society, Gaspésie se retrouve au premier rang des plus belles destinations au Canada. La région donne accès à un environnement montagnard hors du commun et plus encore, la Gaspésie possède pas moins de quatre parcs nationaux. La région vous donne rendez-vous avec le célèbre rocher Percé et le mont Jacques-Cartier (le deuxième plus haut sommet du Canada).

Montréal
Montréal est une région chaleureuse, vous y trouverez tout, dont de nombreuses terrasses, des restaurants, des bistrots, des cafés, etc. Les nombreux parcs de la région, comme le parc du Mont Royal, sont surprenants. Profitez d’une petite balade en famille. Voici quelques endroits à privilégier : le Chinatown, la petite Italie, le plateau Mont-Royal, etc. A savoir, ces endroits sont infestés de français, sûrement qu’ils se plaisent là-bas.

Charlevoix
Charlevoix se distingue par son histoire et sa végétation, c’est aussi une région dynamique et culturelle où les festivités abondent. Les Français aiment la région.Pour vous rendre au Canada, les départs se font généralement depuis Paris. Vous pouvez également planifier votre voyage au départ de Marseille ou Bordeaux. La chaîne d’hôtels Campanile vous accueillera lors de votre séjour en ville. Consultez le site officiel pour en savoir plus sur l’offre d’hôtels à Bordeaux, par exemple.

 

photo par: bobistraveling

Quelles sont les ressources naturelles qui font la richesse du Nunavut ?

Le Nunavut, plus grand territoire du Canada, a de nombreuses ressources en plein essor de développement. Les ressources ont jusqu’à maintenant eu du mal a être exploitées, à cause du climat polaire et du coût élevé d’exploitation.

Nunavut nature

Les ressources minières.

Les habitants inuit de Nunavut sont nombreux à vivre de l’exploitation des ressources minières. Cette exploitation est en plein essor car depuis 2006, la première mine de diamant a commencé à être exploitée. L’exploitation des ressources de minéraux est une activité en hausse dans tout le territoire qui se modernise au fur et à mesure car jusqu’à maintenant, ces ressources étaient exploitées des méthodes traditionnelles. D’ici 2020, l’industrie minière va doubler. Les principales ressources minières sont les pierres précieuses, les minéraux solides comme l’or, le fer, le zinc, l’uranium et le cuivre, ainsi que le charbon.

Le pétrole et le gaz.

Les ressources de pétrole et de gaz n’ont pas encore été exploitées au Nunavut. Le Canada prévoit de lancer leur exploitation très prochainement. Ces ressources sont très importantes pour l’économie du Canada. Un quart des ressources découvertes au Canada sont dans le nord, ce qui correspond à un tiers des ressources totales du pays. Le Nunavut a donc des réserves de pétrole et de gaz en attente d’exploitation, une vraie source de richesse pour le territoire.

La pêche.

La pêche reste une activité très importante pour l’est du Nunavut. De plus, la façon traditionnelle de pêcher est très prisée des touristes à la recherche d’authenticité, de plus en plus nombreux à venir chaque année. La pêche et le tourisme sont une partie importante pour l’économie du Nunavut.

L’eau.

Avec le réchauffement climatique, les réserves d’eau mondiales vont devenir une ressource très fragile. Le territoire du Nunavut compte parmi les terres qui ont des grandes réserves d’eau. Depuis 2007, les scientifiques canadiens travaillent sur ce sujet afin d’optimiser les ressources d’eau dans le futur. Des statistiques sur cette ressource vitale ont été faites et des personnes sont formées pour contrôler la quantité d’eau du territoire dans l’avenir.

Le Nunavut est donc une réserve encore très sauvage des principales ressources dans le monde. Le territoire cumule les différentes ressources recherchées dans tous les pays.

Photo par Mike Beauregard

L’histoire du Nunavut en 6 dates essentielles

Couvrant la partie septentrionale du Canada, le Nunavat, dont le nom signifie « notre terre » dans la langue des Inuits, a une superficie de 2 038 722 km2, avec une population de 35 600 habitants. Voici son évolution à travers six principales dates ayant jalonné son histoire.

Nunavut

- 3000 : La région constituant l’actuel Nunavut est peuplée depuis plus de 5000 ans. Les historiens considèrent que les premiers habitants arrivèrent de Russie par l’actuel détroit du Bering, et furent les Tuniits ; puis, vers l’an 1000 de notre ère, les Thule, ancêtres des Inuits, commencèrent à peupler cette terre.

1670 : La compagnie de la baie d’Hudson est créée, marquant ainsi le début de relations régulières entre les Européens et les populations de l’Antarctique, fondée sur le commerce des fourrures et des peaux. Ces échanges s’accompagnent d’une influence occidentale de plus en plus marquée sur la culture des Inuits : ceux-ci ne migrent plus aux changements de saison, pour rester à proximité des comptoirs de traite, et chassent de plus en plus pour alimenter les échanges commerciaux. Une souveraineté européenne s’établit ainsi insidieusement dans les faits.

1941 : Le gouvernement canadien place les Inuits sous tutelle de l’État, laquelle sera remplacée dans les années 1950 par une politique d’assimilation et de développement économique du Nord : les habitants sont dotés d’un numéro d’identification, le « numéro du disque » et d’une fiche d’état civil ; un système d’allocations familiales est mis en place pour contraindre les populations à la sédentarisation ; de nombreuses familles sont déplacées et installées hors de leur territoires d’origine pour développer l’économie et la souveraineté du Canada sur l’Antarctique. Cette politique renforce la dépendance économique et sociale des Inuits, brise leurs traditions, leurs modes de vie et leurs rapports sociaux.

1971 : Après l’apparition des premières revendications autochtones et des groupements d’Inuits visant à défendre leurs intérêts et revendiquant une autonomie de gestion de leurs affaires, est créé l’Inuit Tapirisat of Canada (ITC), sous la présidence de Tagak Curley. Elle constituera une force essentielle dans la lutte pour obtenir un territoire indépendant. Quelques années plus tard, en 1997, la Commission des revendications territoriales (CRT) des T.N.-O sera créée pour relayer ces revendications territoriales.

1982 : La Constitution nationale intègre une disposition protégeant les revendications territoriales des Autochtones. Au niveau territorial, un référendum est organisé sur la base du Political Development in Nunavut, qui, en 1979, avait établi un programme et une liste de propositions pour concrétiser la scission du territoire. 56% des votants se déclarent favorables à celle-ci, pourcentage qui dans la province des Territoires du Nord-Ouest s’élève à 80%. Est alors créée la Constitutional Alliance of the Northwest Territories, offrant une tribune aux débats et un cadre pour les réunions et les négociations.

1er avril 1999 : Après plusieurs années de négociations, le territoire Nunavut voit officiellement le jour, et constitue le territoire du peuple Inuit, à la suite de l’adoption en 1993 par le Parlement du Canada de l’Accord sur les revendications territoriales et de la loi sur le Nunavut.

Photo par Rick Derevan

5 bonnes raisons de découvrir le Nunavut

Bienvenue dans la plus vaste et la plus jeune province du Canada, le Nunavut ; cette terre arctique offre d’immenses espaces sauvages, des montagnes, des mers, des glaciers et toundras, abritant nombre d’animaux ainsi que des peuples Inuit accueillants. Voici un condensé de lieux à voir absolument :

Sirmilik National Park

- Une faune grandiose à découvrir :

Une foule d’animaux sauvages peuple ce territoire de 2 millions de km2, où vous aurez toutes les chances d’apercevoir celui que vous rêvez de prendre en photo. Les guides Inuit vous permettront de découvrir une faune variée : les grizzlis, bœufs musqués et caribous parcourent la toundra ; entre les grands troupeaux et les petits animaux furtifs tels les renards arctiques, vous serez émerveillés par les richesses naturelles du pays. Les petites embarcations permettent de profiter des baleines boréales, narvals et morses, mais aussi oiseaux migrateurs.

- Balades en traîneau :

A l’assaut des aurores boréales, profitez de l’occasion d’avancer en traîneau à chiens, un moyen parfait pour se fondre dans la culture et les traditions des Inuits. Mode de transport privilégié dans ce type de contrée, il offre un moyen agréable de se déplacer en compagnie des chiens, toujours pleins d’enthousiasme à tracer leur chemin à travers la neige. Simple promenade ou vraie expédition sur plusieurs jours, suivez vos envies, et ne ratez pas les spectaculaires courses de traîneaux organisées dans certains villages.

- Le parc national de Sirmilik :

Ce vaste parc naturel est le paradis des campeurs, qui pourront s’extasier devant la faune et la flore unique du pays. Les colonies d’oiseaux marins, les montagnes et les pleines de glace offrent des panoramas mémorables, les paysages regorgeant de points d’observation pour prendre le temps d’admirer la faune sauvage, réellement digne d’intérêt. Entre navigation, randonnée et camping, l’aventure est au rendez-vous.

- Le Cape Dorset, à la rencontre des peuples autochtones :

Accueilli par les peuples qui vivent ici depuis des milliers d’années, vous découvrirez des paysages arctiques époustouflants, traversés par les caribous, les morses, les phoques et les baleines. Idéal pour les passionnés de photographies, l’endroit offre une nature splendide et permet de s’imprégner de la culture inuite, reconnue notamment pour ses œuvres d’arts admirables.

- Iqaluit, capitale chargée d’histoire :

Située sur l’île de Baffin, la ville d’Iqaluit abrite d’intéressants monuments relatifs à l’histoire des Inuit, ainsi que des différents peuples venant du nord canadien. Cette ville dynamique et vivante organise de nombreux festivals et activités en plein air.

Photo par Explorer